Dis moi, jeune fille, jeune homme, quel est ton souhait le plus cher?
 
AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 une histoire de haine

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
ryusei Otomori

avatar

Messages : 56
Date d'inscription : 29/08/2010

MessageSujet: une histoire de haine    Dim 29 Aoû - 22:56

center]CARTE  DU PERSONNAGE


Provenance de votre avatar :

Général

Nom: Otomori
Prénom: Ryusei
Anniversaire : 9 octobre
Âge: 20
Nationalité: japonais
Groupe : Délinquant
Métier (pour le personnel de l'université) ou b]B[/b]aito pour les étudiants ( job étudiant) : vol à la tire?
Sous groupe ( pour les hôtes et hôtesses seulement poupées ou leurre humain? (pour les autres : humains ou voix d'or attention vous nez pouvez pas être poupées et voix d'or à la fois): humain
Surnom : Ryu. Ou alors enfoiré ou encore «  qu'est ce que tu as dans la caboche «  ou encore «  stupide animal »
Orientation sexuelle: : bissexuelle

Santé

Allergie(s) : aux forces de l'ordre
Fantasme(s) : les menottes, barreaux d'une cellule....

Peur : que tout s'écroule autour de lui
Manie : fumer comme un pompier



DESCRIPTION



Description physique: 

lorsqu'il était encore un petit garçon, Ruysei c'était un gringalet, mal fringué, mal coiffé avec toujours un peu de suie sur ses joues parce qu'on le faisait travailler comme ramoneur de manière illégale. Chétif, son physique était sujet à la moquerie aussi bien par les enfants , les adolescents , les adultes que ses propres parents. Ryusei était mal à l'aise dans ses godasses. Il trainait les pieds tout le temps. A la petite sourie qui venait ramasser ses dents perdues, il faisait toujours le même voeu, changer de physique pour être respecter. Il faut croire qu'on l'a entendu parce que le garçonnet, s'est mis à pousser quasiment du jour au lendemain. De 1m53 en CM2, il est arrivé à 1m80 puis 1m87 au final. Son corps s'est musclé et son visage émacié d'enfant mal nourri, s'est transformé en son visage d'aujourd'hui. Aujourd'hui, ce n'est plus la suie qui couvre ses joues mais bien quelques hématomes, griffures, sparadrap qui disparaissent, certes avec le temps; mais qu'on voit pendant un moment. Ce sont les bagarres, les démêlés avec les forces de l'ordre qui lui servent de tatouages éphémères. Ses cheveux bruns ne sont maintenant plus en pagaille, sa façon de se vêtir à bien changer. Il s'habille à la mode et pour s'y maintenir, il a été obligé de voler, de tricher , de mentir. Son front ne se creuse plus quand il est en colère, il demeure lisse parce que toutes ses émotions sont renflouées à l'intérieur de son être. Maintenant son sang froid transparaît sur son physique, normal ce n'est plus un gamin mais bien un homme. L'âge adulte s'est gravé dans sa façon de marcher, de se prendre au sérieux, de réfléchir avant de parler et d'agir. Ses yeux ne sont plus le reflet de son âme comme on le disait jadis. Ils se sont durcis et dedans on peut y lire la moquerie envers les pauvres diables qui se débattent dans leur pétrin, la méfiance quand quelqu'un s'approche de trop en tendant la main, et bien sûr la rébellion face aux types se prenant pour le nombril du monde. Avant il se voyait comme la raclure du monde parce que ses patrons , le monde entier le lui avait mis dans la tête maintenant on peut voir dans son être son envie d'exister, de cracher à la face du monde leur irrespect envers lui même. Il est maintenant capable de se défendre et tout cela se voit dans son attitude et son physique. Son torse n'est plus un torse de gamin squelettique, non il s'est développé avec le temps et à gagner en muscle, tout comme ses bras, ses jambes. Plus rien ne semble transparaitre de ce petit garçon qu'il a été si ce n'est son teint encore un peu pâle.
Le jeune homme possède aussi des doigts de musiciens. Ils se sont affinés avec le temps et semblent maintenant connaître comment provoquer telle ou telle réaction chez une personne. Il joue non pas du violon parce que cela coûte trop cher mais il joue de ce qu'on appelle un ocarina. Entendez vous cette musique un peu triste? C'est lui...

Description mentale: 

quoiqu'on en dise, Ryusei n'est pas un débile mentale même si son comportement à fait que les adultes l'on traitait de « débile « . C'est triste à dire mais Ryusei est ce qu'il est devenu pour une bonne raison :il voulait attirer l'attention mais de manière positive. Quand on passe son temps à se moquer de quelqu'un, ce quelqu'un finit par en avoir marre et éprouve une certaine rancune à l'égard de ceux qui ont permis sa venue au monde. Lorsqu'il n'était qu'un petit garçon, mal dans sa peau et ses godasses, il était un vrai petit soumis. Il obéissait aux ordres qu'on lui donnait et sans broncher. Volontaire, pas trouillard pour un sou, il grimpait dans les cheminées pour aller en nettoyer les conduits. C'était sale, étroit alors il avait pas intérêt à claustrophobe. Quand il levait la tête alors qu'il était dans la cavité noire, il pouvait voir un morceau de ciel et il aspirait alors à être libre. Il était pas libre parce qu'il y avait le monde dur des adultes, la loi sociale, la loi de la jungle et pleins d'autres trucs qui l'entravait. Son corps même ne lui permettait guère d'avoir cette liberté tant rêvée. Il supportait tête basse qu'on le traite comme un larbin mais au fond de lui , il bouillait. Il fallait un événement pour le débarrasser de tout ça. Il avait fini par capter que l'argent était un atout de taille pour pouvoir demander cette liberté. Mais comment en avoir? Le travail honnête de ramoneur ça rapporte peu. Il voyait les trois pièces qu'il gagnait par jour d'un mauvais oeil surtout qu'il s'envenimait la santé, qu'il suait sang et eau pour faire son travail de manière sérieuse. Alors il a commencé à tendre l'oreille, à user de sa cervelle. Son cerveau s'est développer pour intégrer les notions d'analyse, d'observation et de réflexion. En traînant le soir dans le bar, bien que mineur, il pouvait boire de l'alcool voilà pourquoi il supporte bien l'alcool aujourd'hui et il put entendre l'histoire de quelqu'un qui avait revendu à prix pas mal un certain objet de valeur volé. De là, il commença à rêver de faire comme dans les films de gangster, voler un magot et se tirer sur une île déserte à siroter des cocktails aux côtés de belles femmes et de beaux hommes. Son premier coup foira parce qu'il ne savait pas encore bien mentir. Mais il apprit bien vite à mentir, à se construire des alibis. Il entra dans une bande de délinquant alors bien sûr son caractère changea, il devint plus dur, plus moqueur. Il se durcit contre la vie quoi d'étonnant? Ainsi put il dire adieu à la naïveté et au rire pas facile maintenant on peut entendre de temps à autre un rire discret. Il n' a jamais eu le rire facile. Maintenant, on peut conclure que le caractère n'est jamais bien défini, ça dépend de telle ou telle situation et de bien d'autres facteurs.

Biographie:  (minimum 20 lignes)

Tout commence par un couple dans un petit appartement. Le mari rentra de son travail de palefrenier chez un bourgeois et annonça à sa femme qu'il avait eu enfin une prime. Le couple fut bien heureux de cette prime là qui tombait bien à pique et qui leur permettrait de faire installer une vraie cuisinière au lieu des deux plaques électriques de camping qu'ils avaient. Ils arrosèrent leur soirée d'une bouteille d'alcool puis d'une nuit de plaisir purement charnelle. Le hic c'est que madame oublia de prendre ses moyens de contraception. On pense toujours que cela n'arrive qu'aux autres, manque de pot, ça lui arriva. Le signe alertant la femme de sa grossesse fut bien sûr un retard au niveau des règles. Bon restez à choisir entre l'avortement pour la cuisinière ou sauver l'alien dans le bide. A force d'en discuter, de reculer la décision, on en arrive à ne plus pouvoir avorter. Adieu cuisinière, les disputes furent le lots quotidien du couple qui voyait la prime partir en fumée pour l'achat d'un landau et de toutes ces choses dont les bébés ont besoin. Ils auraient pu l'abandonner dans une poubelle mais bon y avait les voisins et puis surtout les patrons, qu'auraient ils pensé de l'avortement et de l'abandon? Le futur père aurait été mis à la porte et comme il avait déjà bien dépassé la quarantaine, il y aurait fort peu de chances qu'il retrouve un travail. En plus, c'était une période de crise alors valait mieux pas donner le bâton pour se faire battre , au patron. On imagine sans cesse une mère et un père murmurant des mots doux à l'enfant croissant dans leur ventre. Mais c'était pas le cas de nos deux tourtereaux, c'était plus des insultes qu'ils murmuraient d'un ton doux ou encore des paroles à double sens pour cracher leur venin. On peut élever un enfant par haine et c'est ce que ces parents là avaient en objectif. Cet enfant, c'était une bouche inutile à nourrir. Il était l'incarnation de tout ce qu'ils haïssaient : le sacrifice, les nuits blanches, la dépendance, les cris, les pleurs, les couches sales à changer, les tétés, les biberons, les soucis, les tracas.. Pas la peine de vous faire un dessin pour vous dire que ce couple là se montaient la tête comme pas permis et donner comme première nourriture toute leur rage. La femme insulta le bébé en son ventre quand vint les nausées, la fatigue, le ventre rond, les cernes. Elle se sentait laide. Le mari ne faisait rien pour arranger ça, il la traitait de « grosse baleine », « d'éléphant super ronflant » mais tout ça c'était fait en toute intimité, dehors c'était autre chose. Pourquoi prendre le temps de brosser ce portrait des parents? Parce que cela donne une idée de ce que ressentit ryusei quand il comprit et vit le monde pour la première fois. Mais nous ne sommes pas encore là, on va tout de même sauter quelques étapes et arriver au moment de l'accouchement. La femme n'accoucha pas à l'hôpital. Elle était alors en plein travail, nettoyage de chambre d'une grande demeure. Elle perdit les eaux en poussant un cri à réveiller les morts. Elle se traîna hors de la maison malgré les cris des autres qui l'enjoignaient de revenir. Savez vous où elle accoucha? On la fit accoucher là dans la rue. Le bébé vint au monde dans la saleté de ces ruelles de banlieue malfamé comme un clin d'oeil à ce qu'il serait plus tard. Les jours passèrent et on laissa le couple rentrer chez eux. Le bébé ne manqua rien au niveau matériel mais niveau affectif. Il reçut de la haine, beaucoup de haine surtout de la part de sa mère. Parce qu'elle n'en pouvait plus de ce bébé en pleurs, de ces nuits blanches, elle déchargea son fiel sur son mari. Le mari partit en claquant la porte et ne revint jamais. La mère déchargea alors son fiel sur son fils qui ressemblait de plus à son mari. La haine lui donnait un extraordinaire laideur. Etrangement sa laideur se mit à attirer les hommes. Elle se servit de sa nouvelle arme avec un sourire cruelle et se fit engager comme gouvernante dans une demeure splendide. Elle éleva son gosse et son gosse devint cet être chétif et malingre attirant les moqueries. La carence en amour avait du affecter le physique de l'enfant. Quand il eut 6 ans, elle le força à devenir petit ramoneur. Ryusei était donc un laveur de cheminée. On finit par être habitué dans le quartier à le voir déambuler avec son plumeau à cheminée géant et les joues couverts de grasse. Sa mère le haïssait. Il en avait conscience. Elle le traitait comme un chien et lui prenait ses trois sous. Elle prenait tout de lui. C'était comme si elle était une vampire aspirant le teint rosé de son fils pour lui faire prendre un teint de cadavre. Ruysei n'en pouvait plus. Il avait l'impression d'être un squatter chez lui. Sa chambre c''était le cagibi sous l'escalier. Soit disant parce qu'il lui coutait beaucoup, elle lui faisait faire toutes les taches ménagères. Elle le forçait à boire aussi pour l'accompagner sur le chemin de l'ivresse.Les dîners de famille était pesant. Avec le temps, ils devinrent silencieux. Ryusei découvrit les vertus de la clope à 9 ans. Il était déjà un adulte dans sa tête et avait un comportement d'adulte. Il buvait , fumait comme si il était déjà adulte. Dans sa tête, il avait enfin trouvé le moyen de partir et de délaisser ses parents : le vol. il avait déjà repéré l'argenterie chez les employeurs de sa mère. Mais le petit avait oublié que le fils de ces gens là veillerait au grain et bon faut dire qu'il y avait beaucoup d'alarmes et de chiens dans cette baraque là. Ce fut donc logique que ce fut un fiasco. Il eut le droit à son premier délit et donc un casier judiciaire qui n'était plus vierge. Le vol n'ayant pas réussi, la famille des employeurs, pour éviter scandale, ne vira pas la femme mais à une condition , Ryusei devait maintenant travailler gratis. Forcément la situation à la maison devient plus que chaotique. Non elle ne le frappait pas mais les mots devinrent plus durs, plus cruels.bit . Ryusei put enfin aller à l'école et rencontra une professeur du même acabit que sa mère. Mais elle trompait son monde en adoptant une attitude douce. Elle détestait Ryusei parce que Ryusei lui rappelait le père de Ryusei. Ce que Ryusei ignorait c'est que son père avait quitté sa mère pour cette femme. Un après midi, cette professeur le prit en grippe et voulut le punir pour quelque chose qu'il n'avait pas fait.Ryusei osa pour la première fois élever la voix et la menaça de partir, de la quitter comme une malpropre. Le fiel grimpa en fiel. Vous connaissez la tragédie de Oedipe? C'est ce qui arriva en quelque sorte. Sa mère lui fit l'amour avec haine quand il eut 14 ans. Il faut dire que Ryusei sembler devenir un peu moins moche, beaucoup moins moche. Elle l'avait saoulé et l'avait trainé au lit murmurant le prénom de son père tandis qu'elle le chevauchait. Elle lui murmurait combien elle le détestait. Il découvrit ainsi qu'on pouvait faire l'amour avec haine. Il ne raconta rien de tout cela à sa mère. Plusieurs fois, il fit l'amour avec cette professeure ne comprenant pas vraiment lui même pourquoi il allait la retrouver. Quand la liaison fut découverte, on l'accusa d'avoir détourné une honnête femme. La suite ne fut qu'une série de petits délits : vols, bagarre, oppositions aux forces de l'ordre. Il y eut les sparadraps, les bleues, la marque laissée par les menottes trop serrées. Il y eut des assiettes cassées à l'appartement chez la mère. Il en pouvait plus. Son dernier exploit : cassage chez un commerçant du coin. On fit intervenir les assistantes sociales, les juges, les avocats. On entendit toujours le même refrain «  Ruysei tu nous causes bien des soucis. » Ryusei n'eut plus de contact avec sa maitresse. Elle l'avait largué comme on largue une vieille chaussette. En tout cas, il conclut que sa mère était folle et elle l'était. Il fut placer en famille d'accueil. A 17 ans, il entrait dans une période de violence envers les autres et envers lui même. Le fils de la famille d'accueil trouvant Ryusei à son goût et voulant le tirer de là, lui offrit enfin un peu d'affection et Ryusei découvrit que l'amour pouvait aussi être fait avec un garçon et avec affection. Une solide amitié se noua entre les deux seulement il y avait les mauvaises fréquentations de Ryusei. Celles ci se chargèrent bien de rappeler à Chris, le fils de la famille d'accueil, que Ryusei ne serait jamais à lui. Chris craqua , trop faible au niveau caractère la solide amitié se brisa , presque du jour au lendemain. Ils firent une dernière fois l'amour mais avec désespoir. Pour éviter d'être à nouveau tenter, Chris mentit à sa famille disant que Ryusei l'avait violé. Cela fut ajouter à son casier judiciaire mais il fut acquité bien plus tard. Une fée avait semble t il glissé son petit grain de sel pour que la vérité la dessus se fasse jour mais il restait la rumeur. La rumeur continua donc d'accuser Ryusei de viol. Comment être blanchi? Forcé Chris à dire la vérité. Le gang s'en mêla mais ça ne rendit pas pour autant Ryusei populaire. Les voisins continuaient à parler dans son dos et sa mère..ma fois, sa vraie mère, il dut retourner vivre avec. Ce fut une erreur de la justice de plus alors on comprend bien pourquoi Ryusei soit désillusionner au niveau de la justice. Ce soir là, sa mère le blessa psychologiquement une fois de trop. Il frappa et elle le frappa. Si il n'y avait pas eu la concierge, ça aurait pu virer au drame. Il fallait éloigner Ryu et sa mère, casser le lien. L'autre juge le comprit et il comprit aussi qu'il y avait tout de même une lueur d'espoir chez ce garçon quand il se mit à dire

«  Vous croyez que c'est facile de vivre quand on vous traitre de raclure? N'y a t il personne pour m'aimer vraiment? »

la décision du juge fut de l'envoyer à Paradise Host Club. Maintenant l'aventure commence pour ryusei.
Chanson du ramoneur

[center]
Je suis fils de ramoneurs
Qui n’ont
De père en fils, de coeur en coeur,
qu’une seule destinée,
Et c’est de se perdre au fond,
Au fin fond des cheminées !

Les plus belles, de châteaux...
À l’aube,
On s’est glissé sous leurs rideaux ;
De tout le jour on ne sort,
Tout le jour, un jour de taupes
Courant dans leurs corridors.

On revient passé le soir,
Les yeux
Fumés, vagues et tout noirs,
Mais gardant le clair des chambres
Où dorment des gens heureux...
– Sur la route de décembre.

À l’autre Noël, perdu
Par chance,
Je ne suis pas redescendu :
Petit ramoneur glacé
Perché sur des toits immenses
À voir la Noël passer...



Patrice de LA TOUR DU PIN,
Une somme de poésie,





QUESTIONNAIRE ESSAYER A REMPLIR (si vous le remplissez pas ce n'est pas grave ^^

1. Pour vous qu'est ce que Rosen Maiden? Un joli conte pour poupées ...
2. Votre personnage préféré dans Ouran Host Club? momiji
3. Comment avez vous connu le form? Ah mystère et boule de gomme
4 Selon vous, qu'est ce que le bonheur? Z avez l'heure s'il vous plait...
5. Quel est votre définition de l'érotisme? ou pour vous qu'est ce que l'amour? choisissez l'une des deux questions... c'est une maison bleue adosssé à la collineuh
6. Quels sont les qualités que recherche votre personnage chez quelqu'un? Il a les yeux revolvers, il a le regard qui tue... Oui je sais , il aime les garçons... Je ne suis pas un héros.. Quand on arrive en ville,....
7. Si vous êtiez animal , vous seriez? J'ai un chien qui s'appelle Médor, il est moche et en plus il mord...
8. Votre menu préféré? Pan melon ...Mikado *o*
9? Pour vous qu'est ce qu'un bon délire? Alcool *o*
10. Votre présence sur le forum?  7...8..9 dans mon panier...

Code pour prouver que vous connaissez le règlement avec la mention lu et approuvé s'il vous plait :lu & approuvé code validé par Haruka
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Haruka Nozomi
Admin
avatar

Messages : 152
Date d'inscription : 24/08/2010

Carte d'identité
Groupe (pour les hôtes/hôtesses précisez si humain ou non ): Hôtes poupées.
Orientation sexuelle :: bisexuel

MessageSujet: Re: une histoire de haine    Lun 30 Aoû - 11:45

validé =)

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://paradisehostclub.forumgratuit.org
 
une histoire de haine
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Le Roi de la Forêt Noire, Thranduil Verte-Feuille
» Pages d'histoire des hommes et des femmes d'Haiti et leurs épisodes
» Page d'histoire: Tiresias Augustin Simon Sam, president.
» Petite histoire aux grandes aventures :D
» Une petite histoire ... pour se remonter le moral !

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Paradise Host Club :: Il était une fois. :: Dossiers d'admission. :: Présentations validées. :: Délinquants / Délinquantes-
Sauter vers: